Album : Diapo Accueil (2 photos)
 
 
 
 

14eme Rendez-vous APIA - 2 déc 2014

1ère enquête sur l'état de la gouvernance dans les PME-ETI en France. Sur la base d'une enquête réalisée avec ASMEP-ETI et le FBN France

 

 

Le mardi 2 décembre 2014, dans l’Amphithéâtre Deloitte à Neuilly, s’est tenu le 14ème Rendez-vous APIA, sur le thème :« Etat de la Gouvernance dans les Entreprises de Taille Intermédiaire et Patrimoniales » sur la base d’une Etude APIA conduite avec ASMEP-ETI et FBN.

 

Ce Rendez-vous, dont  Deloitte et Banque Palatine étaient partenaires, a permis de dresser un panorama des pratiques actuelles  de gouvernance et d’en débattre autour d’une Table Ronde réunissant :

 

-Luc Darbonne : Président du Groupe Darome et du FBN France

-Stanislas Cuny : Directeur des Investissements d’Amundi Private Equity Funds

-Christophe Saubiez : Associé Deloitte en charge des entreprises familiales

-Jean-François Labbé et Michel Nicolas : CoPrésidents de APIA

 IMG_0326

Le débat, qui suivit la présentation des résultats de l’étude par Michel Behar, Président de APIA Ile de France, était animé par Cécile Desjardins, journaliste bien connue des milieux économiques.

 

Après le mot d’accueil des CoPrésidents APIA, qui ont rappelé la vocation et la mission d’APIA, Michel Behar a présenté  les résultats de l’Etude sous la forme de slides montrant particulièrement :

 

-la structure juridique des ETI et entreprises patrimoniales

-les sujets traités par les Conseils d’Administration

-La fréquence des réunions de Conseil

-la taille des Conseils

-la rémunération des administrateurs

-les administrateurs Indépendants

-quelques recommandations pour une gouvernance efficace

 

Sur la méthodologie utilisée, ASMEP-ETI et FBN avaient envoyé  le questionnaire APIA à 800 ETI et entreprises patrimoniales.

91 avaient répondu au niveau national, représentant un échantillon significatif dont le chiffre d’affaires global atteignait plus de  29 milliards d’euros, et employant plus de 166 000 salariés.

 

Cécile Desjardins a lancé le débat en relevant que les administrateurs indépendants commencent à trouver leur place dans ces entreprises, puisque que près d’une ETI patrimoniale sur deux compte aujourd’hui au moins un administrateur indépendant à son Conseil.

 

Premier thème de réflexion : « l’utilité des Administrateurs indépendants  (AI)»

 

Luc Darbonne :

Ils permettent d’ouvrir le Conseil, en toute confiance. Chez nous, le Conseil a 6 membres dont 4 indépendants, externes à la famille.

Les Administrateurs Indépendants ont aidé à la transmission des deux générations «Père et Fils », avec un comité de transition de 6 mois.

 

 

Stanislas Cuny :

Nos participations sont dans le capital d’ETI dont le chiffre d’affaires va de E 10 à 500 Millions

Nous avons constaté que la présence d’un Administrateur Indépendant apportait davantage de plus-value, car l’intérêt social était mis en avant, devant les intérêts à court terme.

Nous exigeons la présence d’un Administrateur Indépendant dans nos pactes d’actionnaires.

L’Administrateur Indépendant est un médiateur utile, particulièrement avec un fonds minoritaire au capital

 

Jean-François Labbé :

L’établissement d’un pacte d’actionnaire  un moment privilégié et essentiel pour poser le principe, entre signataires (Fonds et dirigeants), de l’existence d’un Administrateur Indépendant au Conseil d’administration. Son recrutement se fera ensuite et surtout de façon plus consensuelle.

 

Luc Darbonne :

Il faut bien, dans un Conseil, savoir distinguer le long terme et le court terme.

La prise en compte permanente de l’intérêt social de l’entreprise relève du Conseil, et de sa vision à plus long terme.

Je voudrais ajouter que l’« émotionnel » est à gérer au sein du Conseil familial, c’est ce qui fait la différence entre le conseil d’administration et le conseil familial ou la boite de Kleenex est toujours sur la table.

IMG_0335

 

Christophe Saubiez :

Face à la solitude de tout dirigeant, l’Administrateur Indépendant est la solution idéale

Nous recommandons aux jeunes générations d’entreprises familiales de trouver des Administrateurs Indépendants expérimentés et compétents sur lesquels s’appuyer en toute confiance.

 

Second thème : « comment trouver les Administrateurs Indépendants, comment les rémunérer ? »

 

Stanislas Cuny :

Trouver un Administrateur Indépendant disponible n’est pas facile et peut prendre 1 an

Il doit savoir challenger la direction opérationnelle, connaître le secteur d’activité, et  avoir l’expérience de la croissance externe et de l’international.

 

Jean-François Labbé :

Sa rémunération doit être appréciée comme une juste contribution de la responsabilité prise – mandat social- et du temps passé en séances du conseil et de leurs préparations.

Il ne faut pas oublier que l’Administrateur Indépendant doit rester indépendant financièrement ce qui le rend libre de ses opinions. Non actionnaire, il doit pouvoir démissionner s’il considère que des décisions importantes  sont contraire à l’intérêt social dont il assure la protection.

Notre Cahier APIA n°12, que vous pouvez télécharger librement donne des repères quant aux pratiques.

 

Luc Darbonne :

Chez nous, les jetons de présence sont de l’ordre de 1500 à 2000 € par réunion de Conseil et Comité.

 

Christophe Saubiez :

Nous confirmons la quantité de travail nécessaire pour participer pleinement aux travaux du Conseil. Loin d’être des figurants, les Administrateurs Indépendants engagent aussi leur responsabilité, comme les autres administrateurs

 

Troisième thème : « les sujets actuels de l’Administrateur Indépendant »

 

Jean-François Labbé :

Nos Cahiers et Autoformations APIA ont récemment approfondi les sujets suivants :

-la stratégie

-la RSE

-l’intérêt social comme boussole pour l’Administrateur Indépendant

-les risques assurables ou non (dont les assurances mandats sociaux et homme clé)

-L’innovation

 

Ces sujets contribuent à enrichir l’apport de l’Administrateur Indépendant  

 

Luc Darbonne :

Je voudrais ajouter que l’objectif principal de nos entreprises familiales est de transmettre au mieux le capital à la génération suivante. L’Administrateur Indépendant peut y contribuer comme j’en ai témoigné dans notre groupe

 

Et la valeur d’une entreprise, ce sont ses hommes !

 

Questions de la salle

 

Les échanges avec la salle ont surtout porté sur :

 

-la féminisation des Conseils d’administration, et l’obligation dans trois ans de respecter les quotas, même dans les SA non cotées

-la place du Conseil de famille, distinct du Conseil d’administration

-l’évaluation de l’efficacité de l’AI et du Conseil

-ce qui pousse un Dirigeant à prendre un Administrateur Indépendant

-la durée optimale du mandat d’Administrateur Indépendant

- la présence d’un AI dans le pacte d’actionnaires d’une SAS

 

Michel Nicolas CoPrésident de APIA a conclu ce « Rendez-vous » en remerciant les participants et les partenaires de cette matinée. Il a également appelé à la poursuite des travaux de APIA, à partir de l’enquête APIA/ASMEP-ETI/FBN, vers l’élaboration d’un guide de bonnes pratiques en matière de gouvernance dans les ETI et entreprises patrimoniales.

 

IMG_0340

 
Dernière modification : 03/02/2017

Guide pratique APIA

Nos partenaires